Accueil > Article

Metallica - Hardwired... To SelfdestructImage (2016)

Pistes :

Disque 1 :

01. Hardwired
02. Atlas, Rise!
03. Now That We’re Dead
04. Moth Into Flame
05. Dream No More
06. Halo On Fire

Disque 2 :

01. Confusion
02. ManUNkind
03. Here Comes Revenge
04. Am I Savage?
05. Murder One
06. Spit Out The Bone

Musiciens :

James Hetfield (guitare, chant) - Kirk Hammett (guitare) - Robert Trujillo (basse) - Lars Ulrich (batterie)

Chronique :

Pas moins de huit longues années se sont écoulées depuis la sortie de Death Magnetic, sommes toute plutôt réussi. Entre temps les Horsemen n’ont pas chômé. Voyez, en 2011, ils sortent un disque noir extrêmement controversé avec Lou Reed (Lulu) puis ils enchaînent les projets dont un concert en Antarctique en décembre 2013. Metallica n’a donc jamais vraiment disparu.

Toujours énervé voire révolté - peut-être plus que jamais sur ces 25 dernières années - Metallica nomme son dixième album Hardwired… To Self-Destruct, mots tous droits sortis de la plume acerbe de James Hetfield. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce double album aux énormes cavalcades mélodiques (chansons souvent entre 6 et 8 minutes) sonne comme une renaissance trash de l’une des figures de proue du genre. A quatre mains, James et Lars ont quasi écrit et composé à eux seuls ce disque absolument pachydermique à la production démentielle, Hammett venant déposer ses soli parfois inspirés, parfois stéréotypés, Tujillo alignant sa basse un poil timide.

Ce qui saute aux yeux et surtout aux oreilles, c’est la monstrueuse forme vocale de James Hetfield, puissant, enragé, dévastateur même. Il mène ces furieuses chevauchées mélodiques tambour battant, lâchant ses paroles apocalyptiques avec une verve démoniaque et un souffle de Titan. La batterie de Lars encadre et propulse ce trash metal qui empreinte parfois ses armes à Black Sabbath et Iron Maiden. Aucune concession, pas même une once de trêve, les Mets propulsent violemment le premier des deux disques avec une suite pachydermique : « Hardwired » et son riff épileptique, « Atlas, Rise » et son solo façon Iron Maiden, « Now That We’re Dead » ou encore « Dream No More ». Le deuxième disque est un poil moins bien équilibré mais tient le pavé, surchauffant à nouveau les riffs et offrant un bel hommage (le clip de « Murder One » à voir absolument !) à Lemmy de Motorhëad. La cinquantaine passée, les Mets ne perdent pas la rage, pire encore, ils la répandent comme une traînée de poudre.

Note Rocklegends : 3½ /5

Jean

SUR LE SITE


Bio Albums Lives DVD Livres Jeunes Talents Concerts Rock français

RECHERCHE


NOUVELLES SORTIES


Sparkle HardLes Matins Mauves (Qui Font Suite Aux Nuits Blanches)Tell Me How You Really FeelWorld's Strongest ManTranquility Base Hotel & CasinoWe The People Of The SoilBoarding House ReachL'Oiseleur

DERNIERS AJOUTS


La Carene - 17.04.2018La Carčne - 14.04.2018Le Rocher De Palmer - 29.03.2018The Bowery BallroomLa Carene - 17.02.2018Interview - 29.11.2017Interview - 13.12.2017AccorHotels Arena - 03.12.2017

ALEATOIRES


Nuit ZébréeTracy ChapmanMonsters & RobotsA Different Kind Of FixPOP Bercy - 01.04.2009Wonderful, GloriousTake It As A Last Chance RideRun Ar Puns - 07.06.2008

SORTIES DU MOIS


ENCORE PLUS DE ROCK


Facebook

Facebook - Recherche - Liens - Contacts - Administration