Accueil > Article

Guns N' Roses - Stade de France - 07.09.2017Image (2017)

Crédit :

 

© Guns N’ Roses Officiel

 

Date et lieu :

 

Stade de France, Paris – 07 juillet 2017

 

Live report :

 

15 ans après le concert de l’Hippodrome de Vincennes le 6 juin 1992 durant l’immense Use Your Illusion Tour (puis une belle pige à Bercy le 13 juillet 93), Guns N’ Roses foulait à nouveau les landes parisiennes avec Duff McKagan, Slash et Axl Rose réunis. What the fuck ?? Ce dernier l’avait pourtant juré, c’était impossible, pas dans cette vie… Not in this lifetime ! Le nom de la tournée, tout en autodérision, était trouvé.

 

L’improbable a donc eu lieu… Ces dernières années, Axl était venu plusieurs fois en France (2006, 2010, 2012 notamment) avec le line up 2.0 de Guns N’ Roses et Slash avec ses projets plus ou moins solos mais forcément, la saveur n’est pas la même. Contrat lucratif en poche, les Gunners ont fait honneur à leur culte devant un parterre de fans dense (mais pas complet ici, en France) en offrant un concert absolument épique et marathon de 3h20 ! Première remarque, les analogies avec le Use Your Illusion Tour sont assez saisissantes. Par exemple, toute l’iconographie des t-shirts et autres goodies date de ces années-là. La scène avec ses escaliers et ses passerelles de chaque côté de la batterie ressemble à s’y méprendre à celle de 92. Axl passe son temps à changer de fripes et Slash rejoue le « Godfather Theme » avant « Sweet Child Of Mine ». La grandeur et décadence du Guns N’ Roses est-elle bien de retour ?

 

A 20h05, les Guns envahissent le Stade sur la musique des Looney Toons. Bien sûr, la ligne de basse atomique de Duff « Rose » McKagan se lance dans une cavalcade frénétique pour amorcer « It’s So Easy » avant « Mr Brownstone ». Le son est, comme souvent dans les stades, assez disparate et « Chinese Democracy » n’y échappe pas. Très vite, on constate que cet énorme band de Los Angeles, élevé aux outrances et à la débauche sur le Sunset Strip, est de retour avec son immense leader charismatique et son légendaire guitar hero : « Welcome To The Jungle » dévore littéralement le Stade De France. Axl hurle à la mort et chante, rage au poignet et voix très justement éraillée, Slash arrose le public de son riff pachydermique sur sa Les Paul anthologique. Le set est définitivement lancé ! Près de 3h20 d’une setlist incroyable retracent la vie sinueuse des californiens. Dans cette fournaise, « Double Talkin’ Jive », « Better » (raté malheureusement) ou encore les habituelles « You Could Be Mine » et « Sweet Child Of Mine » alternent avec quelques morceaux plus rares ces dernières années dont les épiques « Civil War » et « Estranged » (tout juste magnifiques) ou « Coma » sans parler de la perle « Yesterdays ». Malgré une discographie réduite (cinq albums et un de reprises), Guns N’ Roses dispose d’une escadre de chansons colossales mais le groupe n’oublie jamais son lot de covers : « Live & Let Die », « Whole Lotta Rosie », « The Seeker », l’hommage poignant à Chris Cornell avec « Black Hole Sun » et le medley instrumental « Wish You Were Here / Layla » avant « November Rain ».

 

Juste avant l’euphorie de « Nightrain » qui annoncera la fin du premier acte, les Guns déversent 11 minutes de promenade lyrique et exaltée (« Knockin On Heaven’s Door ») par une nuit presque noire et des effets visuels saisissants. La communion est à son comble, le public brille de mille feux et Slash copule fidèlement avec sa double manche. La nuit amène donc une atmosphère spéciale… Le rappel est empreint de ballades cultes (« Patience », « Don’t Cry ») et d’hommages rock (« The Seeker » des Who, « Whole Lotta Rosie » d’AC/DC) avant le déluge final, l’escalade sonore et visuelle de « Paradise City »

 

Oui, parfois Axl est moins en voix, parfois Slash en fait trop, souvent Duff est parfait… mais quelle énergie, quelle menace permanente, quelle setlist éblouissante et quelle énergie viscérale. Guns N’ Roses was here. Vivant, vibrant.

 

Jean

 

Setlist :

 

Retrouver la setlist du Stade de France

SUR LE SITE


Bio Albums Lives DVD Livres Jeunes Talents Concerts Rock français

RECHERCHE


NOUVELLES SORTIES


Boarding House ReachL'OiseleurFrancis TroubleRare BirdsThe End Of The F***ing WorldWP2Little Dark AgeAmour Chien Fou

DERNIERS AJOUTS


La Carčne - 14.04.2018Le Rocher De Palmer - 29.03.2018The Bowery BallroomLa Carene - 17.02.2018Interview - 29.11.2017Interview - 13.12.2017AccorHotels Arena - 03.12.2017Cabaret Vauban - 29.11.2017

ALEATOIRES


Out Of ExileMachine HeadSecond ComingSol InvictusThe Number Of The BeastI Should CocoJazz Dock - 16.01.2010Streetcore

SORTIES DU MOIS


12 janvier 2018

Black Rebel Motorcycle Cub – Wrong Creatures

Shame – Songs Of Praise

Panda Bear – A Day With the Homies EP

 

19 janvier 2018

The Go! Team – Semicircle

tUnE-yArDs – I can feel you creep into my private life

The Limiñanas – Twisting the Shadow People

Porches – The House

Strand of Oaks – Harder Love 12-Inch

They Might Be Giants – I Like Fun

 

26 janvier 2018

Django Django – Marble Skies

No Age – Snares Like A Haircut

Calexico – The Thread That Keeps Us

Turin Brakes – Invisible Storm

Nils Frahm – All Melody

Ty Segall – Freedom’s Goblin

Field Music – Open Here

 

2 février 2018

Hookworms – Microshift

The Soft Moon – Criminal

WHY? – Moh Lehan Expanded

 

9 février 2018

Son Lux – Brighter Wounds

Franz Ferdinand – Always Ascending

The Wombats – Beautiful People Will Ruin Your Life

Palm – Rock Island

 

17 février

Belle and Sebastian – How to Solve Our Human Problems (ep Box Set)

Ought – Room Inside the World

The Orielles – Silver Dollar Moment

Loma – Loma

Marlon Williams – Make Way For Love

Robert Earl Thomas (Widowspeak) – Another Age

ENCORE PLUS DE ROCK


Facebook

Facebook - Recherche - Liens - Contacts - Administration